On dit que les souverains de la Chine antique attribuaient à la gelée royale le pouvoir d’assurer la longévité et la vigueur sexuelle. Ce n’est cependant que depuis 70 ans à 80 ans qu’elle est devenue réellement populaire auprès des Chinois. Elle est présente dans plusieurs préparations destinées au traitement des douleurs arthritiques, de l’hypertension artérielle, du diabète, de l’hépatite chronique, des troubles menstruels, de l’infertilité et de la fatigue. En Médecine traditionnelle chinoise, cette substance est considérée comme un tonique en cas de carence du Yin.

On trouve une tradition populaire similaire en Europe de l’Est et en Russie où la gelée royale est considérée comme un adaptogène. Un adaptogène est une substance qui accroît, de manière générale et non spécifique, la résistance de l'organisme aux divers stress qui l'atteignent. Tout en causant un minimum d'effets indésirables, un adaptogène exercerait une action normalisatrice non spécifique sur de nombreux organes ou fonctions physiologiques.

Au début du XXe siècle, les apiculteurs ont mis au point des techniques permettant la production de la gelée royale à une échelle industrielle. Cette production industrielle et le recours à la lyophilisation (procédé de séchage à froid) ont contribué à populariser la gelée royale un peu partout dans le monde. Au Japon, par exemple, on la consomme dans les genki, des boissons tonifiantes particulièrement populaires auprès des employés de bureau. La Chine est le plus gros producteur mondial de gelée royale.